Entropizer

Un dispositif évoluant avec le nombre de spectateurs présents dans l'installation qui, ensemble, réduisent le chaos apparant.

En thermodynamique le désordre microscopique peut être quantifié grâce à la notion d’entropie : plus l’entropie d’un système est élevée, moins ses éléments sont ordonnés, liés entre eux, capables de produire des effets mécaniques.

En théorie de l'information, l'entropie correspond à la quantité d'information contenue ou délivrée par une source d'information. Plus la source est redondante, moins elle contient d'information. A contrario, l'entropie est maximale pour une source dont tous les symboles sont équiprobables.

L’Entropizer met en scène cette notion. Le caractère aléatoire du contenu audio-verbo-visuel présent dans l'installation diminue à mesure que le nombre de spectateur augmente. Parce que l’Homme range, trie, symétrise, trace, construit et produit de l'information, il tend à ordonner son environnement et à donner du sens.

En raisonnant à l'infini, le fameux singe savant peut presque surement écrire un texe donné sur une machine à écrire. Sans les spectateurs, l'Entropizer produira lui aussi presque surement tous les contenus sonores, visuels et verbaux possibles. La présence humaine agit ici comme un catalyseur qui fera émerger une interprétation multimédia de la quête de sens qui anime l'Homme.


Installation présentée lors du festival Haras la casquette, les 16 et 17 mai 2015.

Crédits
Conception : François Salmon
Réalisation : Adrien Soulier, François Salmon